Les GARCELON
de Saint Bonnet de Salers


la vallée de la Maronne entre Saint Paul de Salers et St Martin Valmeroux

pour vous donner des envies de voyages,
si vous ne connaissez pas les lieux et même en hiver la région est splendide !








La particularité de ce patronyme semble être : 

un nom attaché à un lieu
les GARCELON de St. Bonnet de Salers.


Nous avons eu la chance  de trouver à St Bonnet de Salers  une collection très complète des registres paroissiaux et d'état civil.
La présence des Garcelon est continue tout au long de ces documents.

La première mention du nom de "GARCELON" apparaît dans les registres paroissiaux
de St. Bonnet de Salers en 1613.

Le 12 may 1613 a esté baptisée Margueritte ISCHARD
aux fonts baptismaux de cette église
fille légitime de Jacques ISCHARD et Marguerite Lavernne
le parrain estait Gébaud Lafon et la marraine Marguerite GARCELON tous de la
ville de Ruzolles


Lorsque nous avons entrepris cette aventure notre premier but était de situer cette Marguerite Garcelon en 1613
Depuis grâce aux anciens actes de notaires, nous avons pu dépasser ce cap

La vie des Garcelon semble s'être déroulée, principalement, entre Mauriac, Pléaux, la vallée de la Maronne,
la vallée du Falgoux et Trizac.
St. Bonnet de Salers était leur point de ralliement.
Ce qui nous a facilité (un peu) les recherches.
Mais la mobilité est aussi une caractéristique notoire des Cantalous et des Garcelon, d'où cette chronique Garcelon
Ne vous étonnez pas si dans votre famille certains ont la bougeotte.



St. Bonnet de Salers était le point de ralliement des Garcelon.



Le toujours bon accueil des GARCELON (et des autres cantaliens) que nous avons contactés et leur perpétuelle question :

oui mais moi,  par rapport à vous,  je suis où ?


font que nous avons entrepris ce cousinage GARCELON,

Il faut avouer que laisser dans la poussière des registres tous ces Garcelon nous donnait des scrupules.
Après 1870 quelques couples se sont mariés dans le Cantal, puis sont partis, mais où ?
D'autres ont trouvé du travail ailleurs et sont revenus finir leurs jours au Pays.
C'est en contactant des vivants en France, au hasard, que nous avons découvert le parcours de leurs parents ou grands-parents.
Il y a de beaux circuits touristiques à projeter !

pendant l'été 1998 nous avons eu connaissance  d'un courrier de + Bernard GARCELON qu'il adressa à d'autres GARCELON en septembre 1986, rien ne se perd, mais c'est dommage, car actuellement nous aurions pu lui fournir beaucoup de renseignements.

En juillet 2008, avec le ralliement des Garcelon d'Amérique, nous avons pu découvrir comment Bernard Garcelon de Nantes avait eu connaissance des Garcelon d'Amérique et de Pierre Garcelon, né en 1685, pasteur protestant à Guernesey.

Cette histoire illustre bien l'importance du hasard dans les recherches.

En 1983 Constance Hanscom est venue en France, et lors d'une visite à Nantes,
chez "Presse-Océan"  elle a eu la curiosité de consulter l'annuaire du téléphonone et de découvrir l'existence de Bernard Garcelon.
Ironie du sort, le restaurant, que Bernard et son épouse exploitaient, était dans la même rue que "Presse-Océan",
mais ils n'ont pas eu la possibilité de se rencontrer.
Ensuite ils ont correspondu par courrier.
Toujours grâce à Constance Hanscom, lors de différents voyages qu'elle fît en France, elle a eu l'occasion de rencontrer à Paris,
Adrien Garcelon, celui-ci était artiste peintre,  mais il lui indiqua que son père était Louis et son grand-père Charles, il avait un enfant, allergologue.
Si à cela vous rajoutez des copies d'avis mortuaires que nous avait transmis Isabelle Noesmoen de Paris
il se fait que nous avons pu lier Adrien aux "chaudronniers de Boulogne" et un des avis mortuaires est celui de son fils !

Dans ses autres voyages Constance fît un déplacement aux archives de Bordeaux pour trouver l'origine de la famille Bedat, (belle famille de Pierre G. de Guernesey), mais les photocopies étaient interdites.

Petit détail !
Si vos grands-parents ou arrières grands-parents ont quitté le Cantal : savez-vous pour quelle raison ? qui a pu leur conseiller tel ou tel endroit ? quelqu'un les attendait-il sur place ?
Lors de nos différentes visites chez les quelques GARCELON qui nous ont gentiment reçus, cette possibilité de collecte nous a paru évidente. Alors pour vous, pour ceux qui vous suivent, essayez de rassembler vos souvenirs et ne laissez pas tout disparaître.

Alors, ravivez les mémoires cachées !!!


Nous espérons que ceux qui ont une adresse @ accepteront d'être le relais des autres.
Actuellement nous avons stocké beaucoup d'informations : ce serait dommage que vous n'en profitiez pas.


Si certains d'entre vous ont un site à leur actif, il est possible de créer un lien vers celui-ci,
Même si la généalogie n'est pas votre passe-temps favori, vous pouvez nous aider, un détail peut débloquer une impasse, une histoire qui circule dans les repas de famille : rencontre insolite, déménagement etc.
Notre but :
continuer cette étude de cousinage, contacter les tenants du nom, mieux connaître l'histoire de ces GARCELON, illustrer au mieux cette démarche, transmettre les résultats aux intéressés, présenter l'ensemble de façon attractive pour intéresser un plus grand nombre.

La mémoire est une denrée périssable. 


Toutes les suggestions sont bienvenues et pourquoi ne pas participer à ce projet.

Retour